Walrus

DISQUAIRE - CAFÉ

34 TER
RUE DE DUNKERQUE
75010 Paris



Catégorie : Actualités Walrus

Rencontre avec CAROLINE DE KERGARIOU pour son livre « NO FUTURE »

No Future

CAROLINE DE KERGARIOU : « NO FUTURE, HISTOIRE DU PUNK »

Caroline de Kergariou viendra au Walrus le 6 octobre à partir de 19h présenter son ouvrage « No Future » ( Editions Perrin), 1ère synthèse globale sur le mouvement Punk, de la musique londonienne aux écoles d’art new-yorkaises et au graphisme parisien. La rencontre sera animée par Jeff Jacq, déjà venu nous parler de Ian Dury .

Plus personne aujourd’hui ne remet en cause l’importance de Mai 68 en tant que fracture sociale, culturelle et politique. Le mouvement punk, pris pour une énième agitation adolescente, incompréhensible car chantant la laideur, représente en réalité une fracture toute aussi profonde.
Bien masqué derrière son amour de la provocation, le punk est beaucoup plus sérieux qu’il n’y paraît : il constitue la réponse d’une génération à un monde usé, dont le modèle économique s’est fracassé sur le choc pétrolier de 1974. C’est la Blank Generation, la génération vide, celle qui a toujours connu la télévision, la prospérité et l’abondance, mais une abondance que l’on découvre quelque peu frelatée, à l’instar des colorants chimiques cancérigènes ou du « poulet aux hormones ».

Et si le mot punk évoque en tout premier lieu la musique, il nourrit d’autres formes artistiques, comme le graphisme, et se conjugue en art de vivre, esthétique, philosophie et politique. Des mots qui auraient paru pompeux aux adultes qui découvrirent en 1977 des jeunes gens hargneux aux vêtements lacérés et aux cheveux verts ou rouges hérissés sur la tête. Quatre décennies plus tard, il est possible de revenir sur cette époque de manière dépassionnée et de suivre jusqu’à aujourd’hui les riches prolongements d’un mouvement fascinant.

Scénariste et auteur dramatique, Caroline de Kergariou est touchée par le mouvement punk dès 1977. Elle écrit pour les magazines Rock Hebdo, Rock’n roll musique et Rock en Stock durant les années 1970, les années punk, avant de travailler pour la télévision et la radio. En 2015, elle reçoit le Prix SACD Radio pour l’ensemble de son œuvre de fiction radiophonique.

« FILE-MOI TON CUIR » , WEBSERIE SUR ARTE CREATIVE

FILE-MOI TON CUIR sur ARTE Creative, 1er épisode en ligne le 25 septembre!pou

Qu’il s’échange à prix d’or dans les boutiques de luxe ou sur les terrains vagues à coups de chaine de vélo, le blouson de cuir déchaine les passions. Du « Flight » au « Perfecto » en passant par le « cuir » des grands couturiers, File-moi ton cuir raconte l’histoire d’un objet mythique, de sa naissance dans l’armée en passant par les rockers, les bikers, et les mouvements rebelles qui traversent son existence.

En dix épisodes de 4mn, File-moi ton cuir explore cette icône de la culture pop en parcourant la musique et le cinéma, les tribus urbaines et la contre-culture. A travers de nombreuses archives et interviews, File-moi ton cuir part à la rencontre de fabricants, de journalistes mode et d’historiens mais aussi, et surtout, de collectionneurs et de passionnés.

Le Walrus participait modestement au tournage: nous prêtions notre décoration intérieure pour l’interview de l’ami Christian Eudeline.

NESLES en showcase

NESLES sera en showcase le samedi 30 septembre à partir de 19h pour la sortie de son album « Permafrost » (Microcultures / Differ-Ant).

Rien ne prépare à Permafrost. Ni les précédents albums de Nesles, libre électron d’une nouvelle scène francophone. Ni les cinquante années de chanson dont il hérite. Ni la culture pop anglo-saxonne dans laquelle baigne au quotidien son auteur. Rien ne prépare à la première écoute, à cette découverte, à la rencontre qui s’annonce. Permafrost c’est un monde. Un univers étrange, hostile sans doute pour certains, où se mêlent l’énergie brute du rock, les racines du folk, l’inventivité électronique bien assises sur la posture d’un chanteur en français qui s’assume pleinement. Traversé par des passages instrumentaux décomplexés, des éruptions poétiques presque punk, des hallucinations mythologiques et toujours, une liberté créative sans artifice, ce quatrième album a été réalisé par Alain Cluzeau (Bertand Belin, Olivia Ruiz, Thiéfaine…) A l’écoute, on succombe, on tombe. Ou on reste aux portes du monde. Rien ne prépare à Permafrost.
Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

PLAYLIST DE LA SEMAINE : Le meilleur du post-punk volume 1

PLAYLIST DE LA SEMAINE : Le meilleur du post-punk volume 1: Depuis la rentrée, le Walrus s’est doté d’un profil Deezer . Vous pouvez désormais retrouver en musique l’ambiance du magasin, des playlists aux petits oignons, les news du mois et nos coups
Cette semaine, découvrez notre playlist « Le meilleur du post-punk vol.1« . Dans ce 1er volume on démarre une plongée dans ce qui est sans doute l’une des périodes les plus riches de l’histoire de la musique avec une série de 31 « classiques » du genre: les Slits, Wire, The Feelies, Pop Group, Colin Newman, Vivien Goldman, Lizzy Mercier Descloux, Liquid Liquid, ESG, TV Personalities et bien d’autres, bonne écoute !

 

BROME en showcase

Brome sera en showcase au Walrus le vendredi 29 septembre à partir de 19h.

Brome est le projet de Timothée Demoury.
De sa ville actuelle, Berlin, il fait le centre de son univers unique et de ses ambitions musicales. Entre la grisaille et les jolies filles des Pays de l’Est, l’Afrique pour ces rythmiques et son côté bidouille, les USA et leurs folies, influence prépondérante en musique, la vallée de la Loire pour l’ambiance et le français, les pays nordiques pour les voix féminines éthérées, brome crée une musique originale dans le paysage francophone, entre pop, indie, electric spoken folk & post-rock.

Ces nouveaux morceaux, peuplés de voix féminines, mi anges protectrices mi démons, envoyées
par des esprits et dieux de la nature qui ramèneraient la sagesse aux humains et en tout cas à
brome et à sa solitude.

Ces derniers titres ont été enregistrés entre la maison et le studio d’Einstürzende Neubauten puis mixé aux USA au La La Land Studio par Kevin Ratterman (Shannon Wright, My Morning Jacket).

brome 1

ERIC PESSAN (écrivain) – « Si nous sommes bien plus que l’addition de nos expériences, les disques que nous écoutons, les villes que nous arpentons, les livres que nous lisons et les pays que nous visitons nous constituent. Ils forment notre sensibilité et nos rêves, intègrent notre ADN. Et cette somme est aussi singulière qu’unique. Prenons Grand bois, le nouvel album de brome, projet du multi-instrumentiste Timothée Demoury, qu’y trouvons-nous ? Rien de moins que le chemin d’une vie : un musicien qui fait ses armes à Nantes en bord de Loire en écoutant tout à la fois du rock indé, du post-rock américain et la chanson française telle qu’elle a été redéfinie par Dominique A ; un auteur compositeur-interprète qui déplace son univers à Berlin où il enrichit sa musique de grisailles, d’énergies, du sourire des jolies filles de l’Est et des voix féminines nordiques et éthérées avant d’aller puiser du côté de l’Afrique des rythmiques originelles et des sonorités aussi vieilles que la civilisation.

Grand bois c’est la mélancolie d’une solitude volontaire entrecoupée de rencontres : pas moins de neuf musiciens venus d’horizons différents ajoutent leurs touches aux arrangements (acoustiques comme électriques). Grand bois – dans le vaudou haïtien – est un lieu de culte, un Lwa élémentaire, ainsi qu’un esprit associé aux végétaux. Comme le suggère la photographie de Nicola Lo Calzo choisie pour la pochette de l’album, la mort nous accompagne, elle est inscrite en nous, alors partons explorer ce qui échappe au regard et se tient à l’orée de nos consciences : un univers
enfoui, troublant, peuplé d’esprits dont on ne sait s’ils sont protecteurs ou menaçants. Grand bois est une cérémonie vaudou espionnée au fin fond d’un bayou, une expérience simultanément inquiète et heureuse.

Grand bois c’est également une volonté de chanter en français, d’accueillir la poésie en assumant son héritage anglo-saxon pour offrir une musique singulière tenant à la fois de l’electric spoken folk que de la pop ou d’un rock conscient de ses origines complexes et diverses. La reprise d’un traditionnel Cajun (Pa’ Janvier) va en ce sens : accueillir les métissages des langues, assumer les racines du vieux blues du Mississipi comme celles du post-rock.

Enregistré à Berlin entre la maison et le studio de Boris Wilsdorf (Einstürzende Neubauten) puis mixé dans le Kentucky, au mythique studio analogique La Land par Kevin Ratterman (Shannon Wright, My Morning Jacket) Grand bois est né d’un périple qui illustre parfaitement la philosophie de son auteur, compositeur et principal interprète : aller de l’avant, métaboliser les influences et cheminer sur une voie de traverse qui n’appartient qu’à lui. »

DISCOMATON : BRAVO !

Discomaton

Après la folle journée de samedi, nous voulions redire bravo et merci à tous les candidats du Discomaton#1, ainsi qu’ à Cranes Records !
Prestations de haut vol pour tous les groupes qui ont défilé, 10h d’enregistrements rondement menés, final arty-punk avec vente aux enchères.
Prochaine session du Discomaton en décembre, restez connectés, on cale la date bientôt 🙂

WALRUS à la FETE DE L’HUMANITE

Après la fin des vacances à Rock en Seine on remet ça, on emporte pour la rentrée nos disques à la Fête de l’Huma du 15 au 19 septembre !
De 9h à 20h, retrouvez-nous à l’espace disquaires de la Halle Léo Ferré, nous y serons bien entourés: stand Disquaire Day, Pennylane, Balades Sonores, Patate Records, Magazik Records et Phil Records.
Achetez vos tickets ici pour voir l’Iguane, Cheveu & Groupe Doueh ou Bror Gunnar Jansson .
Pendant ce temps, le Walrus reste ouvert bien sûr !

FRANK RABEYROLLES en showcase ANNULE

frank rabeyrolles

Frank Rabeyrolles jouera au Walrus le 22 septembre à 19h.

« Savoir brouiller les pistes et les repères, voilà probablement la première qualité qui s’impose à la découverte du travail de Frank Rabeyrolles. Nimbée d’une aura familière quoiqu’un peu iréelle comme peuvent l’être les rêves en forme de déjà vu, la musique du songwriter français s’affiche au grand jour avec « Apart » un nouvel album conçu comme l’aboutissement d’années de compositions et d’écriture. Symptomatique d’une génération venue à la musique par des amours adolescents rock puis terrassée par la découverte de la bedroom pop et des possibilités infinies du home studio, Frank Rabeyrolles met sa science autodidacte de la mélodie et du climat au premier plan. Les morceaux qui composent ce nouvel album entre douceur cotonneuse shoegaze et émotion new wave joue sur ses inclinations dansantes, sur la frange d’une musique club lofi. Emouvante sans jamais verser dans le pathos, la musique de Frank Rabeyrolles assume avec « Apart » ses ambitions et ses envies d’ailleurs, pour lui et pour l’auditeur. »

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles.

LES DISQUES DE LA SEMAINE

disques de la semaine

Allez hop, rentrée des disques aussi cette semaine ! Avec bien sûr les albums attendus de LCD Soundsystem, de War on Drugs ou Mogwai. ainsi que les nouveaux Unkle, Oh Sees, Districts et Beach Fossils. Mais aussi plein de disques inédits dans les bacs : ESG, Sugarcubes, du jazz (Coltrane, Evans ou Sun Ra), Soccer Mommy, les compils Welcome to Zamrock vol. 1 et 2 (Zambian psyché-rock 60’s), Tony Conrad, Grotto sur le label Odion Livingstone, et plein d’autres encore, disponibles au magasin dès midi ce dimanche ou sur http://the-walrus.fr/boutique/

SOLO COLLECTIVE en showcase

SOLO COLLECTIVE (Alex Stolze et Anne Müller) sera en concert au Walrus le vendredi 15 septembre à 19h.

Solo Collective est un ensemble classique contemporain composé de musiciens allemands Alex Stolze (violon) et Anne Müller (violoncelle) avec le pianiste et producteur britannique Sebastian Reynolds. Le trio a fait ses débuts dans des concerts épuisés à Berlin et à Hanovre en février 2017, et sortira son premier album, la première partie, via les disques d’Alex Nonostar.

alex stolze

Alex Stolze s’est fait connaître en Europe avec son groupe Bodhi Bill, qui a eu une série de succès en Allemagne, et son rôle dans l’ensemble de jazz improvisé international Dictaphone (Denovali Records). Alex a également une longue histoire avec la scène de la techno berlinoise, à partir de laquelle il a fondé le légendaire label Kratakau Records (http://www.krakatau-records.com/).

Anne Müller est surtout connue comme partenaire musicale à long terme du pianiste expérimental allemand Nils Frahm. Anne a collaboré à plusieurs de ses projets, dont 7 Fingers (2011) et la musique du film Victoria (2015), qui a remporté le prix du meilleur film allemand. Plus récemment, Anne a travaillé avec d’autres artistes du label « Erased Tapes » tels que Ben Lukas Boysen, et sortira son premier album solo via Erased Tapes en 2018. Elle a déjà passé de nombreuses années à faire des tournées et à enregistrer avec la chanteuse danoise Agnes Obel.

AnneMuellerCelloPortrait_alexstolze

 

 

La newsletter du WALRUS
Une fois par semaine recevez les news, les dates de concerts, les arrivages... etc