28ffd87a1e554022c0065398979894c4.png

MAC DEMARCO / SALAD DAYS

MAC DEMARCO / SALAD DAYS : « plus je vieillis, plus je suis rancunier… » [« As I’m getting older, chip up on my shoulder… »]  est la ligne d’ouverture du deuxième LP de Mac DeMarco, ‘Salad Days’, la suite du  » Mac DeMarco 2″ de 2012. Parmi ce jeu familier de guitare, cette ligne initiale de la piste titre donne le ton pour ce LP d’un chanteur / compositeur / producteur mature. Un artiste étonnamment conscient des aspects positifs et négatifs de sa situation actuelle pour quelqu’un de l’âge canonique de 23 ans… Écrit et enregistré durant une tournée au rythme fou (qui a repris dès que le LP a été terminé), ‘Salad Days’ Donne à l’auditeur un aperçu très personnel de ce que c’est que d’être Mac au milieu de la folie d’une carrière montante devant le grand public. Le single principal, « Passing Out Pieces », placé sur d’énormes accords d’orgue saturés, contient des lignes comme « … jamais été réticent à partager, à me départager des morceaux de moi … » [« … never been reluctant to share, passing out pieces of me… »]

De toute évidence, Salad Days n’est pas le même album que celui qui nous a donné « Dreamin » et « Ode to Viceroy », mais le résultat de ce succès.
« Chamber of Reflection », une piste comportant des piqûres de synthé glacé et un chant de crooner s’inspirant de la soul, ne déparerait pas sur une collaboration fantastique de Shuggie Otis et Prince. Des pistes spéciales comme celles-ci montrent le son élargi de Mac, qu’il s’agisse d’informations sur les orientations futures ou même d’incursions ponctuelles dans un nouveau territoire. Pourtant, c’est musicalement, lyriquement et mélodiquement ce bon vieux Mac DeMarco, dans un sens comme dans l’autres. La même production épurée que celle de l’époque de John Lennon / Phil Spector qui aurait pu sortir de la table de mixage de Geoff Emerick en 1972, mais avec cette touche « Mac » particulière qui en est tout à fait d’actualité. «Brother», un futur classique, est Mac à son plus « soul » et facile, mais avec cette étrange beauté mordante qui ne peut venir que de M. DeMarco. «Treat Her Better» est rempli de touches «Mac-esques», de guitares lead faites pour les refrains, de douces mélodies vocales, les cordes sans effort qu’on ne retrouve qu’après, justement, des années d’effort, et d’autres éléments qui manquent cruellement à la musique indépendante: les sentiments et la sincérité.

Rupture de stock

Support :

Description

MAC DEMARCO / SALAD DAYS : « plus je vieillis, plus je suis rancunier… » [« As I’m getting older, chip up on my shoulder… »]  est la ligne d’ouverture du deuxième LP de Mac DeMarco, ‘Salad Days’, la suite du  » Mac DeMarco 2″ de 2012. Parmi ce jeu familier de guitare, cette ligne initiale de la piste titre donne le ton pour ce LP d’un chanteur / compositeur / producteur mature. Un artiste étonnamment conscient des aspects positifs et négatifs de sa situation actuelle pour quelqu’un de l’âge canonique de 23 ans… Écrit et enregistré durant une tournée au rythme fou (qui a repris dès que le LP a été terminé), ‘Salad Days’ Donne à l’auditeur un aperçu très personnel de ce que c’est que d’être Mac au milieu de la folie d’une carrière montante devant le grand public. Le single principal, « Passing Out Pieces », placé sur d’énormes accords d’orgue saturés, contient des lignes comme « … jamais été réticent à partager, à me départager des morceaux de moi … » [« … never been reluctant to share, passing out pieces of me… »]

De toute évidence, Salad Days n’est pas le même album que celui qui nous a donné « Dreamin » et « Ode to Viceroy », mais le résultat de ce succès.
« Chamber of Reflection », une piste comportant des piqûres de synthé glacé et un chant de crooner s’inspirant de la soul, ne déparerait pas sur une collaboration fantastique de Shuggie Otis et Prince. Des pistes spéciales comme celles-ci montrent le son élargi de Mac, qu’il s’agisse d’informations sur les orientations futures ou même d’incursions ponctuelles dans un nouveau territoire. Pourtant, c’est musicalement, lyriquement et mélodiquement ce bon vieux Mac DeMarco, dans un sens comme dans l’autres. La même production épurée que celle de l’époque de John Lennon / Phil Spector qui aurait pu sortir de la table de mixage de Geoff Emerick en 1972, mais avec cette touche « Mac » particulière qui en est tout à fait d’actualité. «Brother», un futur classique, est Mac à son plus « soul » et facile, mais avec cette étrange beauté mordante qui ne peut venir que de M. DeMarco. «Treat Her Better» est rempli de touches «Mac-esques», de guitares lead faites pour les refrains, de douces mélodies vocales, les cordes sans effort qu’on ne retrouve qu’après, justement, des années d’effort, et d’autres éléments qui manquent cruellement à la musique indépendante: les sentiments et la sincérité.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “MAC DEMARCO / SALAD DAYS”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *