5a12fc4fb3bdc2fe5f955a6fbb4176eb.png

NONSTOP / ROAD MOVIE EN BEQUILLES

24,30 

NONSTOP / ROAD MOVIE EN BEQUILLES : En boxe il y a les puncheurs et les techniciens, en poésie aussi. Nonstop cherche le KO à chaque phrase.
« Road movie en béquilles », est un disque dont on ressort littéralement sonné.

Oscillant entre une poésie urbaine sombre et désabusée, et des rythmiques à la croisée du hip hop et de la techno, Nonstop tend le micro à la folie. Mais qu’on soit bien d’accord, il ne s’agit pas du énième chanteur qui bégaie son mal être. Avec son accent toulousain complètement assumé, Frédo Roman, parle, scande, crache ses mots, et s’égosille sur un entremêlement de samples, de boucles et de beats plus ou moins lourds ou entraînants.
Profondément noirs, les textes évitent cependant de tomber dans un défaitisme pesant et rébarbatif car leur auteur se joue de la langue, jongle avec ses propres mots, et évite ainsi de se prendre trop au sérieux. Enervé certes, il a eu la bonne idée de ne pas perdre son sens de l’humour pour autant. Un mélange explosif de Michaux et Coluche, pour faire vite. Et si sa verve est incisive, tranchante et abrupte, l’humour trash et cynique de Frédo Roman permet de se détacher de la noirceur qu’il décrit, de prendre du recul, de prendre une claque tout en évitant le mal de crâne …
Produit par Arnaud Michniak, Road movie en béquilles s’inscrit dans la lignée de Programme tout en s’en éloignant sérieusement… Musicalement, on retrouve dans le disque l’influence du rap old school et du rock indé, soumis énergiquement à l’épreuve du beat. Des mélodies de damné sur des rythmiques de survie. Avec, en prime, des chansons limpides et tubesques.
Sur scène, Nonstop est accompagné par Richard Roman, son frère, à la basse et de Den’s Degiovanni à la batterie, tout deux autrefois membres du légendaire groupe toulousain Diabologum, de Renan Guilcher à la guitare ainsi que de Dj Vener, virtuose du scratch épileptique.
Ce qui promet un déluge de feu, une pluie de grenouilles, une apocalypse sonique !
La fin du monde, à force d’en parler, de la prévoir, on a l’impression qu’elle est déjà passée. On imagine Nonstop courir et gueuler ses textes avec l’apocalypse derrière lui.
Un trou dans l’espace temps peuplé de rires affolés.

Sorti chez Ici D’Ailleurs.

Support :

Description

NONSTOP / ROAD MOVIE EN BEQUILLES : En boxe il y a les puncheurs et les techniciens, en poésie aussi. Nonstop cherche le KO à chaque phrase.
« Road movie en béquilles », est un disque dont on ressort littéralement sonné.

Oscillant entre une poésie urbaine sombre et désabusée, et des rythmiques à la croisée du hip hop et de la techno, Nonstop tend le micro à la folie. Mais qu’on soit bien d’accord, il ne s’agit pas du énième chanteur qui bégaie son mal être. Avec son accent toulousain complètement assumé, Frédo Roman, parle, scande, crache ses mots, et s’égosille sur un entremêlement de samples, de boucles et de beats plus ou moins lourds ou entraînants.
Profondément noirs, les textes évitent cependant de tomber dans un défaitisme pesant et rébarbatif car leur auteur se joue de la langue, jongle avec ses propres mots, et évite ainsi de se prendre trop au sérieux. Enervé certes, il a eu la bonne idée de ne pas perdre son sens de l’humour pour autant. Un mélange explosif de Michaux et Coluche, pour faire vite. Et si sa verve est incisive, tranchante et abrupte, l’humour trash et cynique de Frédo Roman permet de se détacher de la noirceur qu’il décrit, de prendre du recul, de prendre une claque tout en évitant le mal de crâne …
Produit par Arnaud Michniak, Road movie en béquilles s’inscrit dans la lignée de Programme tout en s’en éloignant sérieusement… Musicalement, on retrouve dans le disque l’influence du rap old school et du rock indé, soumis énergiquement à l’épreuve du beat. Des mélodies de damné sur des rythmiques de survie. Avec, en prime, des chansons limpides et tubesques.
Sur scène, Nonstop est accompagné par Richard Roman, son frère, à la basse et de Den’s Degiovanni à la batterie, tout deux autrefois membres du légendaire groupe toulousain Diabologum, de Renan Guilcher à la guitare ainsi que de Dj Vener, virtuose du scratch épileptique.
Ce qui promet un déluge de feu, une pluie de grenouilles, une apocalypse sonique !
La fin du monde, à force d’en parler, de la prévoir, on a l’impression qu’elle est déjà passée. On imagine Nonstop courir et gueuler ses textes avec l’apocalypse derrière lui.
Un trou dans l’espace temps peuplé de rires affolés.

Sorti chez Ici D’Ailleurs.

Avis

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “NONSTOP / ROAD MOVIE EN BEQUILLES”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *